Un an de Pardew

Silver Pards a réussi à charmer la Toon Army.

La semaine dernière, Alan Pardew fêtait son premier anniversaire en tant que manager de Newcastle United. Arrivé dans l’ombre de la Cockney Mafia il a su petit à petit se distancer de Mike Ashley et Derek Llambias et exister à part entière.

Il n’a malheureusement pas arrosé l’événement d’une victoire face à Norwich (offrant même une sévère contre-performance) mais son parcours durant les 12 derniers mois est intéressant car il n’allait jamais être populaire d’entrée et ce pour tellement de raisons:

Limoger Hughton ? L’homme qui a sauvé le club en assurant la remontée en Premier League était adoré par les fans. Mais il était avant tout l’homme d’un précédent régime, et tout comme Keegan ou Shearer, Mike Ashley était impatient de s’en débarrasser. Même si certaines des décisions Hughton commençaient à montrer des signes qu’il avait atteint son plafond de verre, on pouvait se demander quelles étaient les motivations derrière son licenciement. Le limoger à ce moment était une tactique risquée et tout aller dépendre de qui allait venir le remplacer.

Pourquoi Pardew ? Il n’avait pas entraîné en Premier League depuis 2007 et aux dernières nouvelles s’était fait virer par Southampton alors en League 1. Ce n’est pas le genre de nom qu’on espérait voir arriver pour pousser le club vers l’avant, l’emmener là où Hughton n’aurait jamais pu.

Du taf pour un pote ? Le nom de Pardew flottait dans les airs déjà dans les mois avant le départ de Hughton. Lorsqu’il a été officiellement annoncé comme successeur, il est devenu évident que Ashley attendait impatiemment que Hughton enchaîne quelques mauvais résultats afin de pouvoir embaucher son pote de casino. Il était logique de penser que Ashley avait recruté un nouveau membre pour sa « Cockney Mafia ».

Après tout cela, on peut aussi ajouter l’incident Andy Carroll. Dans les deux premiers mois de son mandat Pardew a de nombreuses fois affirmer que le numéro 9 du club ne partirait pas durant le mercato de janvier 2011. La suite de cette histoire on la connaît.

Avance rapide 10 mois plus tard et nous voici avec un entraîneur qui vole haut dans les sondages.

Politique de recrutement encourageante. £35m c’est pas mal. Mais quand on sait pertinemment que ça ne sera pas réinvesti dans le club, ça ne vaut plus grand chose. Avec les moyens du bord et grâce aussi au recruteur Graham Carr, l’équipe a pu se refaire une identité. Fini les joueurs cherchant juste un contrat juteux, on voit venir des joueurs qui sont aussi là pour le challenge sportif.

La volonté de jouer un football plus attractif. La signature d’un joueur comme Yohan Cabaye est en partie due à la vision de Pardew. Une envie de limiter les longs ballons devant et de faire un jeu plus collectif et au sol. Chose parfois impossible l’an dernier avec Nolan et Carroll. Entre le vouloir et le faire, il y a un grand pas, certes. Mais Pardew essaye de mettre le plus d’éléments en place pour que cela réussisse.

Une présence charismatique. Que ce soit devant les caméras ou avec les joueurs. Sa position est délicate car à tout moment il doit se distancer de Mike Ashley tout en entretenant de très bonnes relations avec lui. C’est certainement dans ce domaine que Pardew s’est le mieux illustré. Rarement dit-il un mot de travers durant ses interviews, il donne souvent une opinion candide et honnête des événements qui plaît énormément aux supporters. C’est également un véritable « man manager » donnant beaucoup d’importance au dialogue avec les joueurs. On le voit durant les matchs, il est san cesses debout à donner son avis!

Devant la caméra Pardew excelle.

Pardew et Newcastle en Premier League:

2010/11: 22 matchs.  6 gagnés,  9 nuls,  7 perdus pour 27 points
2011/12: 15 matchs.  7 gagnés,  5 nuls,  3 perdus pour 26 points
  Total: 37 matchs. 13 gagnés, 14 nuls, 10 perdus pour 53 points

Un total de 53 points aurait suffit à terminer 8ème la saison passée.

Le résultat de samedi dernier face à Norwich arrive à point nommé pour freiner les vagues de compliments. Pour la première fois, Pardew a déçu par sa prestation sur la touche. La période des fêtes sera très intéressante car avec toutes les blessures, il va devoir faire plusieurs choix à chaque match. Avant et pendant. Mais bon, happy birthday quand même, Alan!

Liens externes :
BBC Football: Alan Pardew signs lengthy deal as new Newcastle manager
BBC Football: Boss Chris Hughton sacked by Newcastle United

Article précédent
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s